Série d’été (1/10) – Les metavers récompenseront les plus audacieux, et il y a de la place, même pour les PME wallonnes

Les metavers, c’est la ruée vers l’or dans l’ouest américain version début XXIème siècle. C’est une promesse de grande richesse pour les pionniers et de grands chamboulements dans la marche du monde. Les metavers, c’est une proposition de dématérialisation de notre monde (https://tinyurl.com/wzvu6rfk). C’est la promesse d’interactions dans des mondes virtuels puisqu’il est aussi présenté comme un réseau de mondes virtuels 3D dans lesquels les gens peuvent interagir au travers de leur(s) avatar(s). Les avatars sont des personnages virtuels dont les caractéristiques ont été définies par leur propriétaire en fonction de leurs besoins, de leurs envies, de leurs fantasmes… Chacun pouvant avoir plusieurs avatars.

Les metavers ne se construiront pas sur rien, de nombreux éléments sont déjà disponibles et largement utilisés. Cela va des réseaux sociaux, Facebook en tête, des plateformes de jeux et aussi des environnements de conférences en ligne, de Skype et consorts aux espaces de conférences en ligne. Chacune de ces applications, chacun de ces environnements sont des briques sur lesquelles les metavers seront construits.

On trouve sur Internet de très nombreux articles qui traitent des metavers et de ses implications sur les modèles d’affaires des entreprises. Je ne retiendrai ici que le récent article de la Harvard Business Review (05.04.22 – How the metaverse could change work – Mark Purdy – https://tinyurl.com/mr4u76y4). Il nous y présente quatre domaines dans lesquels il voit les metavers changer notre monde :

  • de nouvelles formes de collaborations immersives
  • l’émergence de nouveaux collègues virtuels pilotés par de l’intelligence artificielle
  • l’amélioration des processus d’apprentissage grâce à la virtualisation et la gamification
  • l’émergence d’une nouvelle économie des metavers, avec son lot de nouveaux acteurs

Assurément, il y a là une grande quantité de nouveaux produits et services et donc de modèles d’affaires pour les distribuer et les utiliser. comme lors de la ruée vers l’or, les premiers et les plus rapides auront plus de chances d’en profiter le plus car il est toujours plus simple et bénéfique d’être de ceux qui façonnent le monde. Et il ne faut pas forcément être déjà grand et fort, il y a de nombreuses opportunités pour les plus petites entreprises qui oseront, il suffit de se renseigner sur les fortunes qui se sont déjà construites dans des univers virtuels. Parmi les choses possibles on peut imaginer :

  • la création de nouveaux territoires, et leur commercialisation (sur terre, dans les airs, dans l’espace…)
  • la création et la gestion de lieux de rencontres (bâtiments), dans les nouveaux territoires
  • la création et la gestion d’avatars, y compris leurs accessoires (vêtements, objets…)
  • la création de périphériques permettant de faire ressentir aux utilisateurs certains effets des mondes virtuels (générateurs de vents, de vibration, de chaleur, d’odeurs, de goûts…)
  • la gestion des (nouveaux) risques encourus dans les mondes virtuels, et leurs couvertures d’assurances

On peut aussi noter que si actuellement la dynamique est surtout d’importer dans les metavers ce que nous connaissons déjà dans notre monde réel (les pratiques, les objets, les tendances…), il ne faudra sans doute pas longtemps pour voir des créations propres à l’un ou l’autre metavers venir semer certains troubles dans notre monde réel.

Bien sûr, à ce stade il n’y a encore du concret que pour certains happy few. Mais la roue pourrait tourner rapidement et comme toujours, la chance sourira surtout aux audacieux. Autant donc se préparer et anticiper, par exemple avec l’aide des Business Shakers.

Rechercher sur le blog

Recherche à travers les sites de la SPI

Send this to a friend