Et si demain un robot prenait votre emploi ?

ING sortait début d’année une étude à propos de l’impact de la robotisation sur les métiers de demain. Une conférence sur ce thème était organisée  par CCI, Mr Philippe Ledent(ING)  en était le conférencier.

Il en ressortait que près d’un emploi sur deux était menacé en Belgique par l’informatisation et la robotisation des métiers !

L’étude épingle quelques faits :

  • Dans l’état actuel de la technologie, 49 % des emplois en Belgique sont susceptibles, à terme, d’être robotisés.
  • 35 % des emplois ont une probabilité élevée (supérieure à 70 %) d’être robotisés. Une part équivalente a néanmoins une probabilité faible.
  • Parmi les emplois les plus « robotisables », les employés de bureau, les vendeurs dans les magasins et les aides ménagères sont les groupes qui pourraient perdre le plus d’effectifs suite à l’automatisation des tâches.

Il est clair que les métiers de demain seront impacter par l’évolution et les nouvelles capacités de la robotique. Devons-nous dès lors pousser tous nos enfants à devenir programmateur ? Devons-nous réorienter nos business vers le digital ? Devons-nous essayer d’informatiser un maximum de nos process ?

Lorsque l’on suit les tendances, deux règles doivent être respectées pour qu’une technologie s’impose. Il faut que cette technologie soit suffisamment aboutie et il faut qu’elle réponde à une tendance de consommation.

Ce deuxième fait est capital. Il rend en fait le pouvoir à l’entrepreneur, au travailleur et au consommateur.

A l’affirmative « demain nos emplois seront remplacés par des robots » n’oublions pas d’ajouter que ce sont avant tout les consommateurs qui choisissent et qu’aujourd’hui peu de gens sont prêt à manger du « Tricatel ». Il tient tant aux petits artisans qu’aux entrepreneurs de conscientiser leur marchés sur leurs produits, leurs valeurs et leurs qualités…

Rechercher sur le blog

Recherche à travers les sites de la SPI

Send this to a friend