Réunion en mode vidéo: myopie et pièges des partages d’écrans

2021-03-16_10-56-17

Voilà un an que les réunions par vidéo-conférence sont devenues monnaie courante. Pour nous permettre de le faire, selon les cas, nous avons été équipés en caméras et micros voire baffles pour certains, en PC portables avec tous ces équipements intégrés pour d’autres, sans oublier ceux qui se sont rappelés qu’ils avaient déjà tout l’équipement mais n’imaginaient pas s’en servir un jour. Et puis, nous nous sommes rués sur les applications de vidéo-conférence : Zoom, Teams, Skype, Meet… qu’on a installées et activées un peu à l’arrache… Comme cela marchait apparemment bien, qu’on pouvait se voir et s’entendre à plusieurs, on a cru que c’était bon, et on a zappé la case formation.

Et pourtant… un petit bilan après un an d’interlocuteurs à contre-jour ou fantômatiques, de vidéos et de lèvres qui bougent sans émettre de sons, de participants qui parlent simultanément sans s’écouter… nous enseigne que la vidéo-conférence ne gomme pas les difficultés inhérentes aux réunions. Au contraire, elle en rajoute. Et je profite de ce billet pour mettre en avant la problématique de la lisibilité des contenus partagés.

La lisibilité des supports visuels était déjà un souci dans nos réunions en présentiel, plus ou moins bien géré selon les cas. Accordons que les présentations PPT ne posent, finalement, que peu de problèmes, au contraire de la projection de fichiers Word et XLS dont les caractères sont bien souvent trop petits, pas seulement pour les plus âgés d’entre-nous. En mode vidéo-conférence, bien calés dans nos bulles, face à nos écrans, on n’imagine pas que les autres puissent avoir une autre expérience que la nôtre et que ce qui est clair et lisible pour nous puisse ne pas l’être pour eux. Ce qu’on oublie c’est qu’il peut y avoir autant de configurations d’écrans qu’il y a de participants à la réunion et qu’il y a plus de chance que ce qui est partagé soit plus petit chez une majorité des personnes connectés que l’inverse.

  • vous avez peut-être un super grand écran, bien confortable… ce n’est pas le cas de tout le monde
  • vous utilisez peut-être deux écrans… ce n’est pas le cas de tout le monde
  • vos interlocuteurs ne disposent peut-être que de petits écrans (téléphones, tablettes, PC ultra-portables…)
  • vos interlocuteurs ne sont peut-être pas tous en mode plein écran
  • ceux qui sont en mode plein écran ont peut-être ouvert la fenêtre de chat et/ou celle qui permet de conserver un œil sur quelques participants
  • ceux qui sont en mode plein écran ont peut-être ouvert des fenêtres flottantes…

Alors, pour nos prochaines réunions, pensons à la lisibilité des contenus que nous allons partager et n’oublions pas de préparer nos interventions, au moins aussi sérieusement que si c’était en présentiel. Au besoin, changeons temporairement la résolution de notre écran, pour le bien et le confort de tous les participants…

Il n’est pas encore trop tard pour penser à l’organisation de formations…

Print Friendly, PDF & Email

Commenter

Comments are currently closed.