On ne joue pas avec les marques, Banksy ne peut pas les détourner…

Banksy-399008

Print Friendly, PDF & Email

L’idée ne se discute plus, la propriété intellectuelle est un actif immatériel qui a toute sa place dans les patrimoines des personnes physiques comme des personnes juridiques (entreprises). Et comme tous les actifs, ils méritent d’être protégés et valorisés, plus ou moins en fonction des envies et des objectifs de leurs propriétaires. C’est pour cela qu’il existe tout un arsenal de dispositions légales au rang desquelles les droits d’auteurs, les brevets, les marques,… et leurs éventuelles licences d’utilisation. Chacune répondant à des objectifs et des dynamiques spécifiques. Et il est important de bien les comprendre…

L’artiste Banksy vient de le découvrir, lui qui vient de se faire retirer une marque qu’il avait déposée pour protéger une de ses œuvres. Afin d’éviter que d’autres que lui n’exploitent commercialement son dessin « Le lanceur de fleurs », considérant dans doute que le droit d’auteur naturel n’était pas suffisant, il l’a déposé en tant que marque. L’histoire a montré que les craintes de Banksy étaient justifiées puisqu’en 2018 la société Full Colour Black a souhaité utiliser ce dessin et a attaqué la marque. Et ils ont gagné…

Au cœur de la discussion, le choix de Banksy de rester anonyme, qui rend très délicate la possibilité d’invoquer le droit d’auteur. Et surtout, dans le domaine des marques, la volonté de Banksy de ne pas exploiter sa marque. Et donc de contrevenir aux principes mêmes des marques et de détourner un outil légal.

On peut comprendre l’intention de Banksy, mais dans ce cas, le dernier mot est resté à la loi…

https://tinyurl.com/y68cbpk6

Commenter

Comments are currently closed.