Série d’été (9/10) – A la poursuite de l’excellence… Facile!

File-Dec-05-8-57-50-PM

Print Friendly, PDF & Email

Depuis ma plus tendre enfance je pratique une activité sportive. J’ai appris à nager (natation), à courir (athlétisme), à faire du vélo (VTT) et à me défendre (judo). PS : ces pratiques fondamentales sont à apprendre à vos enfants. Si un jour nous sommes envahis par des zombies, cela leur permettra de fuir et donc de survivre ! (… n’oubliez pas, je suis aussi un geek)

Mon sport de prédilection a été le basketball, je l’ai pratiqué pendant 10 ans en tant que distributeur. J’étais loin d’être le meilleur mais j’avais une force : les passes à l’aveugle. C’était ma compétence. J’y ai aussi appris l’esprit d’équipe, la communication non-verbale, la précision et j’en passe. Le sport sous toutes ses formes est une véritable école d’apprentissages.

Bon…

En parallèle, je faisais aussi de la musique. A 17 ans, je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête mais j’ai tout arrêté pour devenir une rock star. Certes, j’avais une certaine ambition mais je suis malgré tout resté dans une forme de complaisance béate en me reposant sur des acquis musicaux pas très élevés de surcroît.

Presque 15 ans plus tard, aucun album produit, un boulot de commercial dans l’interim puis la gestion d’une agence de 15 personnes qui m’ont fait prendre 40 kg. J’ai décidé de tout arrêter. Comme beaucoup de jeunes travailleurs ambitieux, je me disais qu’être manager c’était « cool », mais en fait : non.

Bref. Ce reset fait, je me devais de me reprendre en main moralement, mentalement et physiquement. J’ai donc repris le sport. Je me retrouve donc, par curiosité, dans une salle de CrossFit.

Une rapide définition du CrossFit : c’est une activité sportive associant gymnastique, haltérophilie et endurance qui veut provoquer des adaptations neurologiques et hormonales au travers de différentes filières métaboliques afin de préparer les pratiquants à s’adapter à n’importe quels efforts physiques rencontrés dans la vie quotidienne.
Bref, ça arrache. C’est varié. C’est très exigeant. Si vous voulez réellement progresser dans ce sport et ne pas juste être un crossfitteur du dimanche, vous devez aller chercher l’excellence.

Complaisance. Compétence. Excellence. Ces 3 mots sous-lignés ne le sont, évidemment pas par hasard. Ces concepts proviennent d’un coach : Ben Bergeron. Ancien triathlète, il coache plusieurs stars de la discipline avec une méthode axée sur le développement de la force mentale qui me semble transposable à la vie d’un entrepreneur.

Dans son livre « Chasing excellence », Bergeron développe ce qu’il appelle le travail par l’excellence et redéfinit ces 3 thématiques.

1° La complaisance : Personne ne veut être associé à cet état mais pourtant beaucoup d’entre nous le sont. Etre complaisant selon Bergeron, c’est croire que grâce à son talent ou à ses aptitudes on parviendra à réussir. Que grâce à cela, il n’y a pas besoin de faire de grands efforts. Bref c’est rester dans son canapé. Lorsque que l’on veut vraiment réussir, qu’on a une certaine ambition, on a beau avoir le talent pour y parvenir ce n’est qu’en travaillant dur, intelligemment et avec constance qu’on devient meilleur.

2° La compétence : On a tous des talents, des compétences. On peut bien évidemment les améliorer, atteindre un niveau élevé et se satisfaire de celui-ci. Travailler sur ses compétences s’apparente à renforcer ses forces naturelles qui permettront de pallier ses faiblesses. Ce n’est pas encore chercher à être meilleur chaque jour dans tout les domaines de compétences de sa pratique sportive, professionnelle, ou familiale,…

3° L’excellence : Explorer l’excellence c’est se foutre du temps que cela prendra et des difficultés qu’il y aura pour atteindre son but. C’est donner tout ce que l’on a pour atteindre ses objectifs à long terme. Travailler sur l’excellence, c’est travailler sur sa force mentale. Chercher l’excellence, ce n’est pas seulement vouloir être bon (et donc avoir une bonne compétence) et se satisfaire de cela. C’est toujours chercher à être meilleur (et pas nécessairement le meilleur). Bergeron ne demande pas à ses poulains qu’ils accomplissent plus que ce dont ils sont capables. En revanche, il leur demande sans relâche de donner tout ce qu’ils ont, le meilleur d’eux-mêmes à un moment T. L’important n’est pas de savoir déplacer une charge de 100 kg, l’important c’est l’effort, l’intensité que l’on donne pour déplacer sa charge maximale à un moment donné même si, à ce moment précis, la charge n’est que de 50 kg.

Bergeron pousse ici l’exigence dans une pratique extrêmement exigeante, mais gérer une entreprise n’est-ce pas aussi une expérience exigeante chaque jour ?

Les fondamentaux pour pouvoir chercher l’excellence dans votre entreprise et chez vos travailleurs ce sont la définition des objectifs à long terme. Sans cette vision stratégique claire personne ne visera l’excellence. Chacun se contentera d’exploiter ses compétences pour atteindre des indicateurs de performances annuels.

Ne demandez pas à vos collègues de se surpasser en explosant leurs KPI du trimestre, ils ne le feront pas par crainte de devoir toujours en faire plus. Demandez-leur plutôt de donner le meilleur d’eux-mêmes en les emmenant dans un projet d’entreprise qui fait sens sur le long terme qui sert à quelque chose de collectif pour eux, leurs clients et la société en générale. Cette posture positive leur donnera l’envie de donner le meilleur d’eux-mêmes, sans pression, chaque jour. La plupart d’entre nous (les êtres humains) espérons faire des choses bien dans notre vie alors pourquoi pas dans notre travail !

Notre rôle en tant que business shaker nous permet de vous aider à trouver les objectifs à long terme de votre entreprise et donc de facto de vous pousser à l’excellence pour les atteindre. Même si à court terme cela vous demandera des sacrifices importants pour y parvenir, vos bénéfices à long terme seront considérables.

Sur ces bonnes paroles, je retourne à mon renforcement musculaire des épaules afin de parfaire encore plus mes tractions.

Mon objectif à long terme ? Devenir champion du monde de CrossFit… dans la catégorie des plus de 60 ans, il me reste 22 ans pour y parvenir et énormément de sacrifices à concéder !
N’oubliez pas : « pour atteindre la lune, il faut viser le soleil » 😉

Retrouvez tous les billets de la série d’été 2020…

Commenter

Comments are currently closed.