Série d’été (2/10) – Le discours d’un roi: de la nécessité de s’affranchir des carcans

roi2020-07-13_14-29-01

Print Friendly, PDF & Email

[bande annonce : https://youtu.be/zYzpAziwk4A]

Ce film nous parle d’Albert, un homme devenu roi malgré lui, et qui a dû affronter ses difficultés d’élocution dans un contexte difficile alors que la concurrence agressive et verbale d’Hitler, Mussolini et Staline se déversait sur les ondes radiophoniques. Comment être inspirant, fédérateur, lorsque l’on ne peut pas énoncer une phrase sans bégayer à chaque mot ? Comment être roi d’un peuple en guerre alors que le verbe vous manque et que votre bouche ne vous obéit pas ?

Au fil de l’histoire, nous comprenons que son problème de bégaiement est lié à la présence autoritaire de son père et au poids de la fonction. Diriger un empire et démarrer en période d’avant-guerre… bonjour le cadeau! Ce film est donc l’histoire de tout un processus de libération et, symboliquement, d’un meurtre. Ne faut-il pas tuer quelque chose, lorsqu’on hérite d’une entreprise, afin d’affirmer son droit à faire porter sa voix ?

« Nous ne sommes pas une famille, nous sommes une firme »

C’est la conclusion  du futur roi anglais George VI, quand son père tente de lui faire lire un discours. Il y a là un magnifique parallèle avec ce que nous rencontrons souvent, en tant que business shakers à la SPI, au sein des PME, familiales ou non. Je parle ici de ces enfants qui héritent d’une entreprise et qui rencontrent, alors qu’ils sont adultes et en général bien formés, des difficultés à s’affirmer. Je parle de ces managers qui étaient déjà présents dans l’entreprise, qui reprennent le sceptre une fois le prédécesseur disparu, et qui ont du mal à faire entendre leurs propres décisions. Je parle de ces collaborateurs qui rachètent l’entreprise à leur ancien patron, et qui peinent à préserver leur capital crédit auprès de leurs anciens égaux.

C’est finalement en travaillant sur des sujets du quotidien, en se moquant de sa propre fonction, pourtant si sacralisée Outre-manche, qu’Albert arrivera à vaincre son bégaiement. Leçon n°1 : prendre conscience que nous sommes d’abord un homme ou une femme parmi d’autres, c’est se donner le droit d’être soi-même et, paradoxalement, de devenir un homme ou une femme hors du commun.

La manière dont le roi y arrive est aussi intéressante : il s’entoure de personnes qui pensent différemment, qui voient le problème autrement, et qui l’aident inexorablement à être et naitre différent. Albert avait essayé tous les plus grands orthophonistes de son époque, et c’est finalement un praticien australien (le comble pour un anglais !) sans formation officielle et aux méthodes peu orthodoxes qui va l’en guérir. Leçon n°2, destinée spécialement aux managers qui ont tendance à recruter en miroir : entourez-vous de personnes qui pensent différemment de vous. Le challenge n’est pas toujours simple, mais vous y gagnerez sur beaucoup de tableaux, vous grandirez et ferez grandir bien plus positivement.

Le discours final du Roi, qui fait rentrer l’Empire en guerre, est d’une puissance impressionnante saluée à l’époque (https://www.youtube.com/watch?v=k5zfMrzCRmI). Si la gravité du sujet rentre bien évidemment en ligne de compte, que Beethoven y aide un peu d’un point de vue cinématographique, que l’emploi du « je » et du « nous » renforcent l’émotion des propos, il faut surtout noter la lenteur avec laquelle il est prononcé. Ce rythme était nécessaire pour éviter le bégaiement, mais il a contribué à donner du poids aux mots et pensées énoncés. Leçon n°3 : lorsque vous vous exprimez en public, ne parlez pas trop vite. La vitesse décrédibilise votre discours, comme s’il ne méritait pas qu’on s’y attarde.

Et le fonds du discours me direz-vous ? Désolée, plus de place dans le billet… mais voilà une belle occasion de visionner le film, pendant vos vacances ! On s’appelle et on en parle à votre retour?

 

Retrouvez tous les billets de la série d’été 2020…

Commenter

1 commentaire


  1. Par Série de l’été 2020 – Discours inspirants at Le blog de la SPI – au service des PME liégeoises, le 15/07/2020 10:02

    […] Le discours d’un roi: de la nécessité de s’affranchir des carcans […]