Le saviez-vous? Nous sommes dans l’ère de l’économie de l’attention

Print Friendly, PDF & Email

La sortie, à l’époque, de Patrick Le Lay, alors PDG de TF1, qui déclarait vendre aux annonceurs « des minutes de cerveau disponibles« , était sans doute un signal faible. Quinze ans plus tard, c’est sans vergogne que l’on parle d’économie de l’attention. Et l’on voit poindre de nouvelles pratiques, notamment sur le Web, comme le design attentionnel. Celui-ci est abondamment utilisé par les sites de e-commerce et assimilés, emmenés par les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) et consorts.

Il s’agit pour eux de mettre en œuvre des « technologies visant à former, structurer et conduire l’attention, (« attention-structuring technologies »), dont l’efficacité opère sur la durée en assurant le guidage de l’attention d’un point de saillance à un autre. Trois processus d’habituation qui parviennent à automatiser le déclenchement et l’enchaînement de certaines actions et réactions attentionnelles, c’est-à-dire à les incorporer (https://tinyurl.com/y4eh3ggb). » L’économie de l’attention repose sur un modèle d’affaires qui monétise l’attention, denrée rare, et qui s’articule en quatre temps:

  • accès au service
  • capture de l’attention
  • création de valeur via les données
  • commercialisation de l’attention via les données

En d’autres termes, le design se met au service de commerçants (et des autres) pour nous inciter à faire (cliquer) des choses qu’on n’aurait pas faites autrement. Les procédés sont de plus en plus connus et passent, par exemple, par le cycle mis en évidence par Nir Eyal dans son livre Hooked (Eyrolles – 978-2-212-57093-9): déclenchement – récompense – action – investissement. On a aussi en tête les divers discours et articles qui nous parlent de dopamine et de « boucle de rétroaction de validation sociale » de Facebook. Et cela peut aller jusqu’à l’utilisation de « dark patterns« , techniques de manipulation qui visent à faire agir l’utilisateur dans un sens qu’il n’a pas choisi.

Comme tous les outils, le design attentionnel peut être la meilleure et la pire des choses. En fonction des objectifs et des intentions qu’on poursuit. Et, somme toute, parce que un peu de design attentionnel pourrait-être bénéfique à vos sites web, pour autant que vous souhaitiez une action de vos visiteurs, vous devriez être intéressés par la « Méthode de Diagnostic du Design Attentionnel » proposé par les designers éthiques (https://tinyurl.com/yykvvkes). Elle vous permettra de faire le point sur vos (bonnes) pratiques de capture de l’attention et vous indiquera des pistes d’amélioration de votre site.

Commenter

Comments are currently closed.