Le vôtion de Verviers (ou vaution) court-il un risque?

vaution

Il ne sont pas rares, les entrepreneurs qui pensent que la problématique des marques ne les concernent pas. Et pourtant… La récente mésaventure des calissons d’Aix devrait nous faire tous réfléchir à la protection que nous accordons à nos produits locaux. Manifestement, ils ne sont pas à l’abri d’attaques venues du bout du monde.
Donc, en juin 2016, un Chinois dépose, en Chine, la marque « calissons d’Aix ». Cette initiative a été très mal vécue à Aix car, même si ce dépôt ne changeait pas grand chose dans l’immédiat, il a suscité un sentiment d’avoir été volé et, surtout, il hypothéquait les possibilités d’exportation vers la Chine, marché prometteur. Les Aixois n’ont donc pas tardé à réagir et ont fait opposition à ce dépôt de marque. Après une bataille de plusieurs mois, justice vient d’être rendue, en Chine, donnant raison aux français.

Nous avons aussi, dans nos contrées, Wallonie et plus particulièrement la province de Liège, des produits régionaux typiques, certes pas aussi largement connus que les calissons d’Aix, quoique… On peut citer la tarte au riz de Verviers, le vôtion de Verviers, le baiser de Malmedy… et tant d’autres. Que se passerait-il si un Chinois se mettait en tête de déposer comme marque une ou plusieurs de ces appellations? Le saurait-on seulement? Les producteurs seraient-ils en mesure de réagir et de défendre leur patrimoine?

Cela ne vaudrait-il pas la peine de s’en inquiéter? Il n’est jamais trop tôt pour solliciter un premier bilan auprès de de professionnels des marques ou, s’il y a aussi des inquiétudes plus générales, auprès des accompagnateurs de la SPI.

Print Friendly, PDF & Email

Commenter

Comments are currently closed.