Quelle est la valeur d’une bonne histoire?

pilgrimxx

Print Friendly, PDF & Email

C’est entendu, une bonne image vaut mille mots. Et une bonne histoire, combien d’images vaut-elle? Assurément, une histoire vaut beaucoup de bonnes images. Mais il faut que ce soit une bonne histoire…

L’utilisation des histoires est vieille comme le monde, même dans les entreprises. Mais au milieu des années ’90,  à l’instigation de Steve Denning, l’art de raconter des histoires en  entreprise a pris une nouvelle dimension. Il est vrai qu’il a nommé et promu cette pratique: le storytelling (moderne) était né.

La puissance des histoires est maintenant bien admise et comprise. Au grand bonheur de ceux qui les utilisent. Par contre, ceux qui s’y sont essayé à l’exercice, mais qui n’ont pas été convaincus sont sans doute passé à côté d’au moins une des caractéristiques des histoires puissantes (selon Steve Denning himself):

  • une histoire vraie et authentique (qui s’est réellement passée, mais sans zone d’ombre qui pourrait générer un risque de retour de bâton)
  • une histoire au ton positif (avec un happy end)
  • une histoire minimaliste dans sa forme
  • une histoire qui renforce le contraste entre la situation initiale et la solution mise en place

Envie de mieux comprendre les bénéfices et les difficultés du storytelling? Je vous recommande les 3 articles de Philippe Leeman qui, depuis des années, met des histoires au service des entreprises et de la résolution de leurs problèmes:

 


Commenter

Comments are currently closed.