Série d’été (9) – Deux canevas pour protéger et valoriser les ressources immatérielles et intellectuelles de l’entreprise

IMG_6607

Print Friendly

Les actifs immatériels et intellectuels sont de plus en plus au centre du fonctionnement des entreprises, de leur valeur et de leur compétitivité. Mais bien souvent on se rend compte que l’attention qui leur est portée par les chefs d’entreprises, tant au niveau de leur protection que de leur valorisation, n’est pas à la hauteur de leur contribution au succès et à la valeur de l’entreprise. Pas plus d’ailleurs que des conséquences d’une éventuelle disparition. Si certains de ces actifs sont bien identifiés (le brevet ou le droit d’exclusivité, par exemple), il est vrai que la plupart d’entre-eux ne sont pas aussi facilement identifiables qu’un bâtiment ou une machine.

Lorsqu’on se lance dans l’exercice de l’inventaire des actifs immatériels d’une entreprise, on se rend compte assez vite qu’ils sont nombreux et qu’ils peuvent appartenir à des catégories différentes. Par exemple:

  • des actifs, savoirs et connaissances, qu’on souhaite garder secrets et ne pas rendre public (savoirs-faire, secrets de fabrication, listes des clients…)
  • des actifs, des créations et des produits, que l’on souhaite faire reconnaître pour que les autres ne puissent les copier, ou alors contre compensations (brevets, modèles, marques…)
  • des actifs, expériences ou dynamiques, dont la disparition pourrait avoir une influence importante sur les performances de l’entreprise et contre laquelle il serait opportun de se prémunir (certains employés clés, des données historiques)
  • des actifs, avatars, pseudos, contenus liés à des comptes en ligne, qui participent de l’image de marque, de la réputation et de la performance commerciale de l’entreprise.

C’est pour faciliter le travail d’inventaire, de catégorisation et dans la foulée identifier les bonnes pratiques de protection que l’équipe de la SPI travaille sur une paire de canevas dédiés aux actifs immatériels de l’entreprise. Dans une première étape, l’objectif est d’identifier le maximum d’actifs immatériels et intellectuels de l’entreprise mis en œuvre ou détenus par l’entreprise en se demandant s’ils appartiennent à l’entreprise ou à des tiers et s’ils sont de nature stratégique, commerciale ou technique. Dans un deuxième temps, on les associera aux principales méthodes de protection et de valorisation possibles (brevets, marques, dessins, modèles, bases de données, droits d’auteurs, secrets…).

Intéressé par la démarche? N’hésitez pas à prendre contact avec les accompagnateurs de la SPI (intelligence.strategique@spi.be).

Commenter

Comments are currently closed.