La pizza disruptée? Pas possible? Chiche!

zume-pizza-truck-oven

Print Friendly

La disruption est le néologisme utilisé pour évoquer les évolutions basées sur la rupture. Il est de plus en plus utilisé dans le monde des affaires au point de devenir une sorte de graal. Toutes les start-ups rêvent aujourd’hui d’être à l’origine d’une invention disruptive comme ont pu l’être celles d’Apple, Google, Uber, AirBnB, … et tant d’autres rendues possibles par la digitalisation…

On a tous des pensées émues pour les nombreux acteurs économiques victimes de disruption. Et, sans doute, on devrait se demander quand viendra notre tour, même si on évolue dans un environnement qui se croit protégé… Pour beaucoup, le monde de la pizza livrée, à la demande, à domicile est un de ces éco-systèmes protégés. Au-delà de la récente évolution en matière de livraisons des pizzas, orchestrées par les plates-formes de livraison (Take-eat-Easy, Deliveroo, Uber eats et autres…), peut-on imaginer quelques évolutions majeures capables de chambouler le secteur?
Dans la  Silicon Valley, certains entrepreneurs y songent et travaillent sur la question. Il en va ainsi de l’entreprise Zume (www.zumepizza.comhttp://tinyurl.com/y9jjt2ej) qui s’efforce de réduire le temps de livraison (et les coûts) en développant deux axes:

  • d’une part la robotisation de la création de la pizza, pour limiter au maximum les interventions humaines
  • d’autre part en profitant du temps de transport pour cuire la pizza

C’est cette deuxième voie de développement qui est la plus impressionnante, et probablement la plus disruptive (et qui aura sans doute un impact fort sur l’ensemble de la restauration). Elle capitalise sur l’idée d’une cuisine ambulante, une camionnette pleine de fours, capable de synchroniser la livraison d’une pizza avec la fin de sa cuisson.

On peut facilement imaginer les difficultés logistiques que cela engendre. Quelle pizza mettre dans quel four, et quand? Quand allumer chaque four? Organiser et gérer la tournée… Ce n’est pas pour rien que cette start-up a levé récemment quelques fonds importants (6 millions de dollars) et a déposé plusieurs brevets (une requête dans Google [google patents zume pizza] devrait vous donner accès aux principaux brevets).

Que faut-il retenir de cette initiative? Sans doute qu’il n’y a plus de secteur protégé et que cela vaut la peine de se demander si, dans son secteur, il n’y a personne qui, dans un coin du monde, ne rêve de disruption et y travaillerait. Et quelle que soit la réponse, pourquoi n’en rêveriez-vous pas de la disruption…

 

 

Commenter

Comments are currently closed.