Pourquoi et comment libérer son entreprise, selon Isaac Getz

isaacgetz2013

Print Friendly

Isaac Getz a proposé sa vision de la libération de l’entreprise dans le cadre de la conférence TEDx de SaintSauveur 2013. En introduction, il nous rappelle que certaines études (Gallop, 2011) classent les employés en trois catégories:

  • 11% d’employés engagés
  • 61% d’employés désengagés, qui viennent le matin pour repartir le plus vite possible
  • 28% d’employés activement désengagés, tellement malheureux qu’ils essaient de s’en prendre aux travailleurs engagés

Ayant étudié de nombreuses entreprises ayant choisi de garder leurs employés engagés, il a constaté que ces dernières s’étaient interrogées sur les besoins insatisfaits des employés qui se désengagent. Il a découvert que la pyramide de Maslow n’était pas le bon cadre de travail. Sourire en coin, il admet que de nombreux DRH ont travaillé sur les besoins primaires des travailleurs, en l’occurrence les besoins physiologiques et les besoins de sécurité, et que cela a donné lieu à la signature de conventions collectives… Il préfère, par contre, les trois besoins universels mis en avant par un centre d’étude de Rochester qui sont

  • l’égalité intrinsèque
  • le développement personnel
  • l’autodirection

Et pour illustrer que cela marche effectivement, il met en avant la démarche du Service Public Fédéral Belge de la Sécurité Sociale, menée par son Chief Happiness Officer, qui donne sa recette:

  • on ne motive pas les gens, on leur fait confiance
  • on ne manage pas les gens, on les aime
  • les gens ne travaillent pas, ils prennent du plaisir
  • les gens ne se plaignent pas, ils apportent des solutions et les mettent en place

Avec pour résultat des travailleurs heureux qui, par rapport à ceux qui ne le sont pas:

  • un salarié heureux est deux fois moins malade
  • un salarié heureux est six fois moins absent
  • un salarié heureux est 55% plus créatif
  • un salarié heureux est 9 fois plus loyal

Et cette conclusion délicieuse qui nous dit que si c’est possible dans un ministère belge, alors c’est possible partout…


Commenter

Comments are currently closed.