Les nouvelles manières de travailler ? Ringard ! (mais cool quand-même)

1977danemark

Print Friendly, PDF & Email

Participation des employés aux décisions importantes, transparence des revenus et réduction des écarts de salaire, gestion de l’emploi du temps de manière autonome et basée sur la confiance,… On ne finit plus ces derniers temps de parler de ces News Ways of Work (NWOW), ces nouvelles manières d’organiser la vie de l’entreprise plaçant le capital humain au centre de la société. La succession récente de reportages, documentaires, débats sur le sujet  donnent l’impression que le monde du travail est frappé d’un phénomène sans précédent.

Et pourtant, non. L’INA (Institut National de l’Audiovisuel – France) a mis en ligne un extrait de deux minutes d’un documentaire (facebook.com/Ina.fr/videos/1210895612290189/) présentant un assureur danois qui manage sa société sur un modèle proche de l’entreprise dite libérée. En cherchant un peu, on trouve d’autres exemples ailleurs, dans d’autres époques. Les coupes de cheveux et la forme des vêtements diffèrent, mais la volonté de favoriser le bien-être est la même.

Rien d’inédit là-dedans donc. Par contre, ce qui est nouveau, c’est le phénomène de masse.

Nombreuses sont les jeunes entreprises qui pratiquent ces NWOW sans même le savoir, car nées avec les réseaux sociaux et l’esprit de communauté, elles ont cet ADN, tout simplement. D’autres, plus anciennes, petites ou grandes, ont fait le pas dès les années 90 et tracé le chemin.

Certains diront que parler de tout cela alors que la filiale de Caterpillar à Gosselies ferme ses portes et qu’ING annonce plusieurs milliers de licenciements est brutal. D’autant que les NWOW sont parfois utilisées pour soutenir une politique de gestion de l’entreprise drivée par les coûts, par des financiers peu impliqués dans le quotidien des travailleurs.

Et bien, parlons-en, justement. Billets sur le sujet chaque jeudi.

Commenter

Comments are currently closed.