Propriété intellectuelle – protection et délire!

chris_hadfield

Print Friendly, PDF & Email

Les capitaux immatériels, dont les diverses propriétés intellectuelles font partie, sont des actifs régulièrement oubliés par les entreprises. Enfin, pas par toutes les entreprises. Certaines, en effet, font flèche de tout bois en ce domaine, jusqu’à l’excès.

C’est ce que vise à démontrer la rubrique Copyright Madness du site Numerama (http://www.numerama.com/tag/copyright-madness/). Chaque semaine, Lionel Maurel et Thomas Fourmeux compilent les atteintes au droit d’auteur et à la propriété intellectuelle, des plus folkloriques aux plus culottées. Ils espèrent que la révélation de ces outrances nous feront réfléchir pour nous amener à protéger correctement nos droits en la matière et pour nous inciter à réclamer davantage de bon sens et de bon droit.

Petit florilège des cas relevés récemment, pour en rire (jaune):

  • La stévia, produit naturel, fait l’objet de plus de 1000 brevets, déposés principalement par des grandes multinationales (phénomène appelé biopiraterie)
  • Pour protéger son film PIXEL, Columbia Pictures a fait retirer de la plate-forme VIMEO toutes les vidéos contenant le mot pixel dans leur titre (même en l’absence de lien avec le film)
  • L’Allemagne interdit dorénavant la publication sur les réseaux sociaux de photos des plats que vous vous apprêtez à manger…
  • L’Angleterre s’apprête à voter une loi concernant la reproduction en 2D d’objets 3D; en conséquence, lorsque vous prendrez une photo d’un objet, c’est le créateur de l’objet qui sera détenteur des droits sur la photographie
  • L’astronaute Chris Hadfield a bénéficié d’une autorisation exceptionnelle après avoir repris la chanson « SpaceOddity » de David Bowie dans l’espace; cette autorisation, limitée à 2 ans, arrivant à expiration, la vidéo de cette performance devrait disparaître bientôt du Web…

 


Commenter

Comments are currently closed.