Parce que la qualité, c’est toute une histoire

Print Friendly, PDF & Email

« Chez nous, on fait de la qualité ». Cette phrase, je suis à peu près sûre de l’entendre, lorsque je demande à un chef d’entreprise ce qui différencie son entreprise de celle de ses concurrents.

Et, il faut le reconnaître, c’est en général très vrai. Il n’est pas rare de constater que la PME s’épuise même sur le sujet (certification, personnel dédicacé, recherche de matières premières irréprochables, etc.).

Sauf que… la qualité, ce n’est plus un facteur différenciant, c’est le minimum standard. A un tel point que les entreprises qui sont moins regardantes sur le sujet bénéficient de l’effort de celles qui en ont fait leur cheval de bataille. Et le consommateur, parfois mal informé, n’a pas toujours les éléments en main pour faire la différence à l’étape d’achat, voire à l’utilisation. Conséquence : un certain sentiment d’injustice qui émerge et grandit au fil des années, qu’on s’efforce en général de compenser en expliquant avec force détails techniques ou procéduriers les efforts entrepris, entraînant l’indifférence polie de la cible, voire son éloignement.

Faut-il donc arrêter d’en parler alors ? Surtout pas ! Valoriser la qualité de son produit ou de son service, c’est lui donner du sens et rendre justice à sa raison d’être. Et puis, comme le dirait un de nos clients : « je me lève quand-même pour ça tous les matins ! ».

Mais il y a l’art et la manière. Mon conseil : raconter plutôt qu’expliquer, et insister sur ce qui fait votre spécificité. Votre difficulté se situe dans la recherche de fournisseurs ou de matières ? Racontez-nous votre périple, nous sommes nombreux à être fans d’Indiana Jones ou de super-héros (si si !).

Bref, vous l’aurez compris, il ne s’agit pas de raconter des histoires, mais votre histoire, et ainsi de rendre justice à tout l’effort que vous et vos équipes réalisez, tout en permettant à vos cibles d’en comprendre la valeur et le bénéfice, au travers d’une communication attractive et accessible.

Commenter

Comments are currently closed.